Comment adopter la compact attitude ?

Compact attitude !

S’en est fini d’afficher un teint blafard ! Les compacts solaires s’utilisent sans complexes et nous donnent une peau joliment hâlée tout en la protégeant des mauvais rayons du soleil. Mais attention, à chacune sa poudre de soleil !

Pour les peaux déjà dorées : préférez un produit type crème bronzante qui existe également en waterproof et a une tenue très bonne même sous un soleil de plomb ! Vous pouvez aisément prendre un SPF 15 ou 20.

Pour les peaux sèche : choisissez un produit avec une texture légèrement velouté qui rendra votre peau douce et confortable ! Un indice 40 offrira un super compromis entre protection et teint doré.

Pour les peaux mixte ou grasse : évitez les compacts aux textures grasses qui laissent un film sur la peau, ils sur-graisseraient votre épiderme ! Un indice 40 à 50 assurera aux peaux claires ou sensibilisées une bonne protection.

+ Le bon geste : Essayez d’appliquer votre compact solaire à l’aide d’une éponge qu’il faut laver régulièrement. Cette dernière vous permettra de ne pas en mettre trop et facilitera l’application du produit. Pour ce faire, effectuez de léger tapotement de l’intérieur vers l’extérieur sans oublier les lobes d’oreilles et le cou !

Visuel : © live love wear

Documentaire : La crise de Libération

Libération - quand la presse se meurt

« Nous sommes un journal, pas un réseau social ». Comme dans un dernier soupir, ce quotidien historique aux échos d’un autre temps, met sur le devant de la scène le thème de la fin de la presse écrite et les interrogations sur la survie de l’information. Jusque là, la France apparaissait comme relativement préservée, alors qu’aux Etats-Unis, on compte déjà par centaines les licenciements de journalistes des plus grands journaux. Il faut dire que l’agonie d’un journal n’avait pas fait autant de bruit depuis que le Matin de Paris a mis la clef sous la porte en 1987. La crise intestine du quotidien, né en 1973 sous la plume de Sartre et de Serge July, suscite actuellement inquiétude et curiosité.

Ce documentaire web cherche à retracer la crise actuelle à travers la figure emblématique de Libération. Suite aux déclarations de l’actionnaire principal Bruno Ledoux quant à l’avenir du journal et alors que Pierre Fraidenraich vient d’être nommé à la tête du quotidien, le combat des rédacteurs laisse perplexe. Entre crise du « papier » et transformation du métier de journaliste, il est plus que jamais d’actualité de nous interroger sur la place que la presse aura dans les années à venir. Assistons-nous à un tournant historique des quotidiens à travers l’exemple de Libération ?

Il est vrai que tout laisse à penser que le modèle économique des journaux est brisé. Baisse de la diffusion accompagnée d’une baisse d’appétit du lectorat, concurrence des gratuits depuis 2002, augmentation des coûts de fabrication, fermeture des kiosques, effondrement des recettes publicitaires et des petites annonces sonnent déjà le glas de la presse papier. Sans oublier que l’économie de l’entreprise de presse est majoritairement dominée par la question de la charge des coûts fixes. Au premier rang de ces derniers, les charges du personnel. Mais peut-on raisonnablement tirer un trait funèbre sur cette presse dite « de papier » ? Pas si sûr.

Journal Libération

Journalistes, politiques, experts, tous ont répondu à l’appel de cette vaste enquête sur ce mouvement qui risque de faire disparaitre un monument culturel et médiatique du paysage de la presse écrite. Comme un fil d’Ariane qui se déroule au gré des interviews, l’interrogation sur les maux de Libération. Se meurt-il de la conjoncture, ou des coups assenés par son actionnariat et son management ? Comme l’expliquait Nicolas Bedos dans les lignes de Marianne, « La presse de gauche (…) a tellement peur d’être à Hollande ce que le Figaro fut à Sarko, qu’elle est devenue à Hollande ce que le Figaro est… à Hollande ! ». Une formule tranchante, s’il en est, mais qui rejoint le constat suivant : Libération a perdu de son mordant.

Avenir de l’information, fin du support papier, ou « déni suicidaire », comme le considère Bernard Poulet, ce documentaire s’attache à capturer des éléments d’analyse de cette crise majeure. Composé de trois parties, à la fois autonomes et complémentaires, il remet en perspective l’agonie du quotidien. Au delà d’un alarmisme patent, la narration s’attache aussi à mettre en évidence les solutions qui existent. Car tout n’est pas si noir à y regarder de plus prés. Interrogé le 20 mars sur France Inter, Matthieu Pigasse, a exprimé son intérêt pour Libération. Une solution économique envisageable puisque que le trio « BNP » (Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse) a déjà fait main basse sur des titres aussi prestigieux que le Nouvel Observateur et le Monde. Mais la question du modèle économique et structurel est aussi à étudier.

Embarquez au coeur de la crise de Libération, et découvrez ce qui apparaît déjà comme le premier acte d’un changement profond du paysage médiatique.

-

-

 

 

 

-

 

-

 

Un documentaire signé :

© Camille Pettineo & Audrey Altimare

-

* Ce documentaire Web a été réalisé dans le cadre de mes études en Journalisme et est également disponible sur le MédiaLab de la classe préparatoire de l’ISTH.

-

Texte : © Camille Pettineo

Visuels © Camille Pettineo

© Capture écran du Tweet «Et le journal, c’est des gens !», dessiné par Killoffer.

Qu’est ce que le Baguetting ?

Bon cette fois c’est bel et bien fini, je rend les armes, le Baguetting a eu m’a peau !

Qu’est-ce donc encore que cet objet non identifié du web ? Toujours plus fou, les internautes se lance le défis de reproduire une scène de la vie quotidienne en se faisant prendre en photo.

Oui mais, et il devait bien y en avoir une, le but de la manœuvre est de remplacer l’objet dont on se sert par une baguette de pain. Un jeu rigolo et décalé qui fait du bien au moral !

Mais puisque les photos parlent plus que les mots, je vous laisse admirer par vous même !

Webdocumentaire : La Duce Vita

Capture d’écran 2014-02-25 à 19.32.23

C’est en surfant sur le site du Courrier International que je suis tombée sur l’un des webdocumentaires promut par la rédaction. Comme vous le savez désormais, ce format documentaire attise ma curiosité depuis quelques mois ! Du coup, j’en profite pour partager avec vous mes découvertes !

Au programme d’aujourd’hui, un superbe travail sur l’Italie ! La Duce Vita, c’est un film interactif conçue par le journaliste Cyril Bérard et le photographe Samuel Picas. Au départ de ce projet, l’envie de partager une histoire. Celle d’une petite commune d’Italie qui a vu naître Benito Mussolini et où les nostalgiques du fascisme viennent encore se recueillir. Quoi de plus actuel dans une actualité sous tension en Europe !

Cette œuvre originale sonne comme une invitation à se replonger dans l’histoire d’un village italien :

"Bienvenue à Predappio. Vous êtes ici au cœur de la terre natale de Benito Mussolini, pour une plongée dans le quotidien d’une ville construite pour servir la propagande du dictateur. Un récit qui évoque l’Italie d’hier et raconte l’Italie d’aujourd’hui".

De mon côté je vous propose de découvrir une courte vidéo pour vous donner envie d’en voir un peu plus sur ce webdocumentaire qui en vaut le détour !

La Duce Vita

Écrit et réalisé par Cyril Bérard et Samuel Picas

Visuel : © Capture écran du webdocumentaire

Vidéo : © Youtube – Cr Ne

Journaliste 2.0 : la révolution Internet

Capture d’écran 2014-02-25 à 18.31.35

Il y a quelques temps je vous ai parlé du webdocumentaire de Nina Robert, Tristan Thil et Denis Robert : Journalisme 2.0. A travers ce travail, on peut revisiter tous les méandres de la profession. Du coup, aujourd’hui je voudrais partager avec vous une interview très pertinente d’Ignacio Ramonet sur l’histoire des médias !

La question de fond de l’histoire des médias est surement de s’interroger sur les révolutions qui ont permis au fast news de remplacer le slow journalism. Pourtant, ce dernier n’a rien à envier à ce flux ininterrompu de liens et d’infos auquel nous promet de goûter le Web 2.0 ! A travers cette petite vidéo, on comprend mieux pourquoi le secteur de la communication était "destiné" à connaitre de telles révolutions ! La plus récente d’entre elles : Internet.


Cette vidéo est disponible sur la chaîne Youtube de ce webdocumentaire, l’occasion pour moi de vous inciter une fois de plus à le découvrir !

Journaliste 2.0

Un webdocumentaire de Nina Robert, Tristan Thil et Denis Robert
Une coproduction Citizen Films et France Télévisions
Réalisé et post-produit par Nina Robert et Tristan Thil

Visuel : © Capture écran sur le site de France 4

Vidéo : © Youtube – JournalisteWeb

Bernard Stiegler : l’économie de la contribution

Capture d’écran 2014-03-18 à 22.42.06

Au détour de mon vagabondage numérique, je suis tombée sur cette interview très intéressante de Bernard Stiegler.

Son travail est essentiellement axé sur les enjeux des mutations actuelles qu’elles soient sociales, politiques, économiques, ou psychologiques. Sa réflexion philosophique porte également sur le développement technologique et notamment les technologies numériques. C’est l’une des raisons de ce coup de projecteur sur ce personnage !

Je vous laisse prendre connaissance de cet entretient de geek politics. Si ce type de contenu vous intéresse je vous conseille d’aller jeter un ici. Dans ce court passage, Bernard Stiegler tente de répondre à la question du sortir d’un capitalisme malade. Je trouve le propos d’autant plus pertinent qu’il s’agit d’imaginer une "économie de la contribution inspirée des comportements propres à l’univers numérique". Vaste programme qui est beaucoup plus développé dans cet article.

Bernard Stiegler, interviewé dans geek politics, un très bon blog du soir.be

ITW Geek Politics Bernard Stiegler from Dancing Dog Productions on Vimeo.

Crédit photo : © capture écran Viméo

Crédit Vidéo : © Viméo

Web documentaire : Journaliste 2.0

Capture d’écran 2014-02-25 à 18.31.35

Aujourd’hui j’ai décidé de vous présenter un Webdocumentaire que je trouve très bien ficelé ! Mais quel est l’intérêt me direz-vous ? L’interactivité !

En effet, c’est l’une des caractéristiques de ce format. L’outils web, a rendu possible l’interaction entre le documentaire et l’action du public ! Autrement dit, une façon stimulante d’apprendre et de s’informer ! Rien de révolutionnaire me rétorquerez-vous, ce n’est pas comme si l’internaute n’était pas habitué à entrer en interaction avec le contenu en ligne. Je vous le concède… Pourtant, des chercheurs comme Jean-Louis Weissberg – maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Paris XIII – vous parleront de « lect-acteur ». Tépoignage, s’il en est un, que quelque chose de nouveau est entrain de se produire. En fait, plus que l’interaction, le webdocumentaire permet la personnalisation ! Et c’est peut-être là que ce trouve le noeud de son succès future, ainsi que la remise en cause du principe d’une même forme d’information pour tous.

Voilà pourquoi j’aimerais vous introduire au travail proposé par France 4 : Journaliste 2.0. Il s’agit au travers de votre propre enquête de découvrir ce métier qui suscite passion, interrogation et détestation : le journalisme. Comment s’adaptent-il aux nouveaux médias ? Et au fait, être webjournaliste, ça signifie quoi ? L’ambition de ce projet est décrit ainsi :

« Nous sentons confusément qu’un certain journalisme est en train de mourir. Et avec lui, une légion de journalistes accrochés à la culture du papier, à la toute puissance de la télévision et du journal de vingt heures. Associé à la série documentaire de France 4 « Les Nouveaux journalistes », notre webdocumentaire décrit la fin d’un monde, la fin d’un journalisme et l’entrée dans un autre monde, une nouvelle ère, en montrant de l’intérieur, la fabrique de « nouveaux journalistes » ».

Voilà de quoi interpeler quand on sait que pour la majorité des personnes interrogées, le journalisme est lié au bon fonctionnement d’une démocratie. Alors, le journaliste 2.0 est-il entrain d’écrire le monde de demain où est-ce le contraire ?

Si cette vidéo vous a donné envie, venez découvrir le webdocumentaire !

Journaliste 2.0

Un webdocumentaire de Nina Robert, Tristan Thil et Denis Robert
Une coproduction Citizen Films et France Télévisions
Réalisé et post-produit par Nina Robert et Tristan Thil

Visuel : © Capture écran sur le site de France 4

Vidéo : © Youtube – JournalisteWeb