Haïti et Après ?

Église du Sacré Coeur, Haïti. (« Haïti en marche » semaine du 25 Janvier)

À la suite d’un violent séisme de magnitude 7 à Haïti, après la douleur et le chaos, les premiers chants d’espoir s’élèvent dans la capitale de Port-au-Prince. Cette catastrophe majeure met au grand jour inefficacité politique de ce pays où la population à dû survivre par elle-même sans l’aide du gouvernement. Pratiquement tous les médias du monde ont leur représentant à Haïti depuis la catastrophe et tous sont avides de savoir comment l’île sera t-elle capable de s’en sortir.

Presque trois semaines après le désastre, l’aide internationale est déjà très mobilisée, près de 2 milliards de dons récoltés par l’ONU, une multiplication des émissions de récolte de fonds et la République dominicaine, voisine solidaire, transformée en base arrière des secours. La question maintenant est de savoir dans quelles conditions va-t-on reconstruire Haïti ?

Cette petite Île étant sujette à la violence du climat, et aux séismes, il est impératif de reconstruire dans une perspective de durabilité. Beaucoup y voit l’occasion de reconstruire en vert, dotant les installations de toutes les technologies de développement durable. D’autres se concentrent sur l’efficacité des bâtiments à résister aux assauts climatiques. Dans tous les cas Haïti est en situation d’urgence, il faut donc faire vite et bien, car n’oublions pas que la mousson est dans environs 6 mois, ce qui est très court. Mais le problème des fonds risques de se poser dans les mois à venir, car qui financera ce gigantesque chantier? Peut-on demander un effort supplémentaire aux populations internationales comme le voudrait le Conseil des droits de l’homme de l’ONU ?

Haïti « une occasion de faire des affaires » d’après l’ancien président américain Bill Clinton. Après nos soldes d’hiver voici leur soldes humanitaires.

Les États-Unis qui ont d’ors et déjà pris le commandement des opérations humanitaires pourront-ils mener de front les dépenses de leur pays en guerre, sortant lentement d’une crise financière mondiale, ainsi que les opérations de reconstruction ? Tout cela forme le panel d’un questionnement sur l’un des pays les plus pauvres du monde. S’exprimant devant le Forum économique mondial (WEF), l’ancien président américain Bill Clinton a lancé un appel aux chefs d’entreprise, pour investir dans la reconstruction à Haïti. Envoyé spécial de l’ONU pour le pays, il a ainsi appelé à l’association de ces patrons pour un  « partenariat global ». Mais ce qu’il faudra retenir de ce discours est peut-être le fait qu’il présente Haïti comme « une occasion de faire des affaires » plus que comme une forme d’assistance. Après nos soldes d’hiver voici leur soldes humanitaires. Il ajoute qu’un « travail de réorganisation » est à mener. Reste à voir si Haïti est près à devenir le pion des Américains, comme d’autres avant.

Il est important que ce pays se relève de ses cendres, le dynamisme repart lentement. Ces derniers jours, quelques haïtiens ont repris le travail timidement. Les banques ont ré-ouvert. À nous de contribuer à cet effort, tout en gardant à l’esprit que nous posons les pierres d’un pays de nouveaux indépendants et non une perfusion à un pays en difficulté.

Camille Pettineo.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s