Le Time élit le pape personnalité de l’année 2013

Le pape François a été élu mercredi « personne de l’année » 2013 par le magazine américain Time, neuf mois après son élection. Il rejoint ainsi ses deux prédécesseurs du Saint-Siège : Jean-Paul II, en 1994, et Jean XXIII, en 1962.

Time Pape François

Il sera passé devant le nez d’Edward Snowden, l’ancien consultant de l’agence de sécurité nationale américaine (NSA) à l’origine des révélations sur les pratiques de surveillance des télécommunications par les Etats-Unis. En troisième position on retrouve la militante américaine Edith Windsor. Cette veuve octogénaire est à l’origine de la décision de la Cour suprême des Etats-Unis de donner aux couples homosexuels les mêmes droits que les couples hétérosexuels au niveau fédéral. Preuve que les séniors ont peut être moins les idées arrêtées que leurs successeurs. Mais la nomination encore plus surprenante, et preuve de l’humour inconditionnel du Time, est celle du président syrien Bachar al-Assad. Selon des propos retranscrits dans LeParisien.fr celle-ci serait dû à l’incroyable leçon que ce dernier a donné au monde : « une cruauté absolue et continue, combinée à une intelligence géostratégique, est le meilleur moyen de rester au pouvoir au Moyen-Orient ».

Le pape François succède ainsi à Barack Obama qui aurait dit de ce premier qu’il possédait une «humilité incroyable, un sens de l’empathie pour les petits, les pauvres » selon LeParisien.fr.

Le porte-parole du Vatican, Frederico Lombardi, s’est quand à lui réjoui de cette nomination : « C’est un signe positif que l’une des récompenses les plus prestigieuses des médias internationaux revienne à une personne qui prêche des valeurs spirituelles, religieuses et morales dans le monde et prône véritablement la paix et la justice ».

En effet, à travers cette nomination, le Time montre bien que la personnalité papale est au centre des discussions essentielles de notre époque. En effet, tout les sujets y sont passés : richesse et pauvreté, équité et justice, transparence, modernité, mondialisation, la femme dans la société moderne et la nature du mariage, ainsi que les tentations du pouvoir. Nancy Gibbs, la rédactrice du magazine a justifié son choix sur la chaîne NBC en disant que le but était de tirer « la papauté hors de son palais afin de l’emmener dans la rue, avoir poussé la plus grande Eglise au monde à faire face à ses besoins les plus profonds, avoir fait le juste équilibre entre jugement et compassion ».

Une nomination prestigieuse qui vient appuyer une décision datant de la semaine dernière : l’instauration d’une commission d’experts pour améliorer la protection des enfants, alors que l’Église catholique est embourbée dans des scandales de pédophilie.

Habemus Papam !

Visuels : © Couverture du Time

Vidéo : © Youtube – Itélé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s